Calendrier

« Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

repetitrice

repetitriceRéflexions sur la pédagogie et le soutien scolaire. Pour une école citoyenne et solidaire.

Blog

Catégories

Fils RSS

Contact

Derniers billets

Compteurs

Actualités pédagogiques

Blogs pédagogiques

Ressources pour le soutien scolaire

Outils pour blog/informatique

Citoyenneté

All the world's a stage,
And all the men and women merely players,
They haver their exits and their entrances;
And one man in his time plays many parts.

W. Sh.

Copinage

la bougeotte : une stratégie d'évitement

Par repetitrice :: mercredi 29 novembre 2006 à 0:40 :: Général

L'instabilité d'Allan, pour réelle qu'elle soit, est également sélective. Il semble d'autant plus « bougeon » et dispersé qu'il est confronté à une activité de type « intellectuel » ou scolaire. Le « zapping » d'Allan (...) est aussi un geste d'évitement non calculé et et sans doute non maîtrisé des activités scolaires produisant la plus grande immobilité corporelle et tension intellectuelle, et les renvoyant à des « lacunes » qu'ils peuvent vivre comme des « incapacités » .
Les postures qu'adoptent en classe les collégiens (...) ne sont ni réductibles à des « troubles psychologiques » ni à des « intentions perturbatrices » . Elles renvoient à un rapport à la situation scolaire en classe et à l'activité d'apprentissage scolaire pour des collégiens dont les dispositions corporelles produites par les conditions sociales d'existence et la socialisation familiale sont éloignées des dispositions requises par les exigences scolaires.

Extrait de Mathias Millet et Daniel Thin (2005) Ruptures scolaires : L'école à l'épreuve de la question sociale, p. 143.

Un jour que je rencontrais les enseignants d'une élève, nous avons été fort surpris : eux ont appris qu'elle était capable de rester assise, tranquille et 100 % concentrée pendant une heure pleine dans un contexte d'appui scolaire ; quant à moi, j'ai appris que cette élève était une « vraie pile électrique » en classe. Je m'en étais absolument pas doutée. Pendant mes cours, elle avait très peu recours à des stratégies d'évitement. Quand elle se rendait compte que ses performances à un exercice étaient faibles, elle tentait certes de lancer une discussion. Vous savez quoi ? Non, quoi ? J'ai une copine qui ... et s'ensuivait une histoire sans rapport aucun avec le cours. Mais c'était bref. Elle acceptait de revenir sur ce qu'on étudiait ensemble.

Dans le contexte de l'appui scolaire, les enjeux sont un peu moindre. Pas de camarade, pas de témoin. Personne qui risque de se moquer, d'établir des comparaisons douloureuses. Une conversation à deux et donc pas d'écart (ou rarement) entre ce qui est demandé à l'élève et ce qu'il ou elle est réellement en mesure de faire. Fort heureusement, ses enseignants (+ moi ?) sont parvenus à ce que cette élève parviennent enfin à apprendre en classe. Au fil des mois, est devenue plus tranquille en classe, elle a moins bougé et elle a pu se concentrer. L'hypothèse, un temps envisagée par les instances scolaires, qu'elle souffre de trouble de l'attention a été écartée. En revanche, elle a bénéficié d'heures de logopédie.

J'ai une fois été confrontée à un enfant qui bougeait sans arrêt. Pas vraiment sans arrêt, en fait. Sans arrêt dès qu'il s'agissait de lire. Il avait environ 9 ans et il lisait très mal. Sa mère m'avait engagée pour que je l'aide à apprendre à lire. Mais cela n'a pas été possible. D'une part parce qu'il ne rentrait pas chez lui quand il avait l'appui et d'autre part parce qu'il n'a jamais été d'accord de cesser de bouger.

 
Loading Clusty Cloud ...

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://soutienscolaire.zeblog.com/trackback.php?e_id=111703

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


  3E' />