Calendrier

« Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

repetitrice

repetitriceRéflexions sur la pédagogie et le soutien scolaire. Pour une école citoyenne et solidaire.

Blog

Catégories

Fils RSS

Contact

Derniers billets

Compteurs

Actualités pédagogiques

Blogs pédagogiques

Ressources pour le soutien scolaire

Outils pour blog/informatique

Citoyenneté

All the world's a stage,
And all the men and women merely players,
They haver their exits and their entrances;
And one man in his time plays many parts.

W. Sh.

Copinage

A bas l'école lunaire !

Par repetitrice :: jeudi 08 mars 2007 à 21:02 :: Général

Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt, dit un dicton asiatique.

Est sage avec le sage celui qui devine dans quelle intention le sage a pointé son index en l'air.

Est sage qui comprend/sait/connaît comment fonctionne un sage. Un sage, dans un contexte culturel donné, ça peut être quelqu'un d'un peu bizarre, qui s'intéresse à des choses très lointaines et peu accessibles comme la lune. Il est peu probable qu'un tel sage lève le doigt seulement pour demander à prendre la parole, faire un signe de victoire ou autre.Si vous savez à peu près comment fonctionne ce type de sage, vous ne serez pas trop surpris lorsqu'il pointera son doigt vers la lune et vous comprendrez que c'est sur la lune qu'il désire attirer votre attention (et non pas sur l'avion qui passe dans le ciel, ou le sommet de la montagne avoisinante, etc. ). Lui-même sera satisfait de la compréhension que vous démontrerez et vous acceptera comme disciple.

Mais était-ce si sage que ça, pour le sage, de taire le but et les raisons de sa propre conduite ? Doutons-en, voulez-vous ?

Toute communication « réussie » demande que l'on s'assure que l'autre a bien compris non seulement le contenu du message, mais aussi la raison pour laquelle on l'a émis et les buts que l'on poursuit ainsi.


Petit exemple prosaïque :

si vous dites à votre partenaire « Je suis absolument crevée ce soir », vous avez tout intérêt à vous assurer qu'il a bien compris les raisons pour lesquelles vous lui dites ça (il y a une pile monumentale de repassage à faire et vous annoncez que votre fatigue vous empêche de vous y atteler) et les buts que vous poursuivez (vous aimeriez que lui, il s'y attèle – ou comprenne la nécessité d'embaucher quelqu'un pour le faire). Si ni l'un ni l'autre ne sont clairs pour lui, la probabilité que votre message atteigne vos objectifs est plutôt faible ...sans compter le risque qu'il ait compris, à tort ,que vous souhaitiez faire l'impasse sur un gros câlin.


De même, il est primordial que l'élève comprenne les buts et l'intentionnalité de l'enseignantE pour pouvoir réussir dans le contexte scolaire. Or trop souvent, les élèves sont considérés comme « imbéciles » par des enseignants qui montrent la lune sans jamais préciser quel est leur but et comment ça fonctionne, l'école.

Il y a quelques mois, je suivais un reportage très intéressant dans l'émission « Les maternelles » sur France 5. Il y était question des écarts qui se creusent rapidement, au niveau du CM 1 et 2, entre les élèves qui ont compris le fonctionnement de l'école et ceux qui n'ont aucune idée de ce que l'école attend d'eux. Les interviewés jugeaient primordial que l'école explicite ses demandes et les buts poursuivis au travers dès activités activités dès le départ du cursus scolaire. Car seul cet effort permet aux élèves qui ne partagent pas d'emblée les références de l'institution scolaire de s'y repérer de manière appropriée – et donc d'apprendre.

Le reportage montrait une activité dans une petite classe. Les enfants avaient chacun sur une feuille devant eux le dessin d'une tête d'enfant, avec, aux endroits correspondants, les indications nez, bouche, yeux etc. Il avaient également une série de vignettes avec ces mêmes mots (nez etc) et ils devaient les coller aux endroits appropriés. Lorsque suite à cette activité, la maîtresse leur demande le pourquoi du comment, certains enfants répondent de manière assez étrange, du point de vue de l'institution scolaire s'entend. Selon eux, cette activité servait à apprendre à « bien coller », à « bien découper » ou même à « s'exercer à écrire »(alors que tout était déjà écrit). Heureusement pour eux, cette maîtresse prenait soin de lancer une discussion à ce sujet et répondait de manière neutre et non stigmatisante à leurs réponses scolairement « aberrantes ». Elle leur offrait ainsi la possibilité de comprendre peu à peu à quoi sert l'école, de rectifier leur compréhension de ses attentes à leur égard et espérons-le, de ne pas être à leur tour en échec scolaire au CM2.

A bas l'école lunaire !


Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://soutienscolaire.zeblog.com/trackback.php?e_id=157643

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :